Cie La Mazane
Chorégraphe : Marie Fulconis

La compagnie La Mazane voit le jour en 2018 lorsque Marie Fulconis, sa chorégraphe, rentre de son long séjour au Canada. Avec un style qui lui est propre elle développe, en collaboration avec ses interprètes, une danse magnétique et engagée. Après « RétroGrade » et « Envers », Marie Fulconis travaille aujourd’hui sur une nouvelle pièce intitulée « Zoom ».

La compagnie a été accueillie au CND, à la Ménagerie de Verre et a désormais son propre studio en plein cœur de Paris.

Les œuvres ont été produites à travers la France et la Belgique.

ZOOM

NOUVELLE CRÉATION

« ZOOM » c’est un monde complètement décalé, une colloque de trois personnages étranges qui bougent dans l’espace restreint de leur petits écrans. Cela vous dit quelque chose ?


« ZOOM » interroge les situations absurdes et secrètes du quotidien de cette génération 2021.

 

La pièce met en scène l’auto dérision des interprètes et c’est avec beaucoup d’humour et de délicatesse que les corps se dévoilent à nous.

Le processus de création c’est des anecdotes retranscrites en mouvement. C’est le développement d’une corporéité poussée à son maximum. Et le tout dans une mise en scène rythmée et farfelue. 

 

Chorégraphie : Marie Fulconis
Interprètes : Chloé Santinacci et Jules Rozenwajn et Marie Fulconis
Composition musicale : Antonin Fresson
Répétitrice : Andréa Fulconis 

Capture d’écran 2021-12-08 à 19.55.02.png
Capture d’écran 2021-12-09 à 13.40.39.png
ENVERS.jpg
49625863_2120122991364001_4625549468484239360_n-2.jpg

ENVERS

2019

La vision de la danse de Marie Fulconis, 23ans, mêle tendresse et dureté.

Dans ses  chorégraphies, le mouvement abstrait laisse apparaître les émotions.

 

Sa recherche repose sur un véritable travail psychologique mettant à nu les interprètes.

 

Entre Paris et Montréal, les danseuses ont une double culture de la danse 

qu’elles s’amusent à entremêler.

 

«Envers» est un trio qui danse au public le parcours émotionnel des danseuses au cours 

processus de création.

 

«Envers» fait entendre au public la petite voix de leur théâtre intérieur.

 

«Envers» s’est construit avec : cinq périodes de répétitions intensives, un journal intime comme outil de travail, et des contraintes corporelles qui ont menées à l’écriture de la Chorégraphie.